Rollon, venait-il de Walcheren-Moerenland?

 Rollometleeuw-1.jpg

Introduction

Au 9e siècle, de nombreux pirates 'danois' s'aventuraient sur la mer du Nord.  Il est frappant selon Luit van der Tuuk (1), de remarquer la position centrale de Walcheren (Walacria Walichrum Walgri uualgras ...) avec une importance militaire stratégique à l'embouchure de l'Escaut. Des 'Danois' vivaient là sur les plaines, habitants germaniques qui ne vivaient pas (encore) au Danemark. Surtout la Francie occidentale et l'Angleterre, notamment la Loire, la Seine et la Tamise, étaient régulièrement attaqués par eux, si l'on peut croire leurs ennemis. L'auteur gantois des Miracula sancti Bavonis écrit que les 'Danorum' n'étaient pas satisfaits de Walcheren et qu'ils cherchaient du butin dans les régions avoisinantes. (2) A partir du 10e siècle, nous trouvons les Dani encore plus dispersés. Ils vont s'organiser également dans le nord où ils évoluent vers une structure chrétienne afin de réaliser lentement une version scandinave de la féodalité de l'Europe occidentale. Dans ce contexte, il est normal que les plus anciens navires 'dragon' se trouvent dans la région de l'Escaut (3e au 5e siècle) et non dans le nord. Dans ce nord, on a trouvé des navires du 8e au 12e siècle. Etant des 'wijkingen' (voir ci-dessous) ou des commerçants, ils avaient besoin de grands navires.

Peut-on relier la zone côtière marécageuse de l'Aa jusqu'à l'Escaut à un quartier résidentiel des Dani et à l'histoire personnelle du 'danois' Rollon, fondateur légendaire de la Normandie? Je constate que tous les noms qu'on utilise autour (de la vie) de Rollon sont difficiles à défendre dans le nord scandinave. Trop de coïncidences ne sont pas fortuites... Peut-être que de 'nouvelles' sources anciennes peuvent émerger, mais en attendant, nous devons nous contenter avec les informations disponibles. La plupart de la matière peut être interprétée de diverses manières. Le but est de recueillir autant de choses d'une hypothèse, de sorte qu'elle devient la plus acceptable. À propos de la vie de Rollon et de sa famille on ne trouve que quelques sources, et elles nous apprennent des histoires différentes. Il est préférable d'aller aussi loin dans l'histoire que possible afin de nous rapprocher le plus des commentaires, digressions et recouvrements sur Rollon. Si les prémisses sont incorrectes, les histoires ultérieures vont causer des problèmes. J'ai essayé de mentionner tous les noms qui se rapportent à Rollon et d'en discuter.

 

 

La vie de Rollon

 

Rollon est un nom hypocoristique provenant de Hruotwolf (grand-loup) comme Roeland/Roland qui vient de Hruotland (grande terre). Les variantes norvégiennes étaient Hródulfr et Hróflr.(3) Dès le 12e siècle, les sagas norvégiens et islandais lui ont donné le surnom de 'ganger' (randonneur), car aucun cheval ne pouvait le transporter. Mais c'est probablement plus logique qu'on utilisait ce nom parce que Rollon voyageait beaucoup avant de trouver sa place dans ce qui deviendra la Normandie. 'Wandelaar' (randonneur) et Vandal étaient des synonymes: Rollon le Wandelaar, le Wandaal, le Vandal. Et les Vandales se 'promenaient' jusqu'en Afrique du Nord! Ce sont aussi ces Vandales qui cherchaient la bagarre en Afrique du Nord, ensemble avec les Suèves (Zeeuwen/Zélandais?). L'Andalousie tient son nom grâce à eux.

L'écrivain du 10e siècle 'Richer de Reims' surnommait Rollon comme un chef pirate, fils de Ketel.(4) C'est la mention la plus ancienne de Rollon. On a rien trouvé de 'Catillus/Ketel' ou Anscatillus' (5) dans d'autres sources. L'écrivain du 11ème siècle Dudon de Saint-Quentin était le premier à écrire l'histoire de la Normandie. Il nous parle d'un homme avec beaucoup de terres en Dacie, venant de l'Est, un oriental. 'Ketel' avait deux fils, Rollon et Gurim ou Worm (litt. ver, serpent). Rollon et sa famille noble vivaient donc depuis un certain temps en 'Dacia'. Le roi de Dacia s'est battu contre les familles concurrentes, y compris celle des deux frères. Après une année de guerre, le roi envoya une proposition de paix. Rollon et Gurim entrèrent mais ils étaient attirés dans un piège. Dudon était clairement du côté de Rollon quand il écrivait ...méditant sur la déception frauduleuse conçue dans son coeur hostile, le roi perfide commence à se battre... Le frère de Rollon, Gurim, s'est fait tué dans la bataille. Rollon s'est rendu compte que ce n'était plus sûr pour lui et partait avec six navires à Scania.(6) Il n'était pas un homme pauvre. Scanza ou Scania n'était pour moi pas encore la 'Scanie danoise' ou la 'Skåne' de Adam de Brême. Scanza (7) était déjà bien connu au huitième siècle, non loin d' Enghien, renommée aussi, mais assez loin de Walcheren. Scania ou 'Scandia ave'. Le néerlandais a l'ancien mot 'ave': plus loin. Scandian-ave: Le 'Scandia plus loin', en opposition au 'Scandia à proximité'. Les sources historiques pour la Scania scandinave commencent avec leur histoire dans le neuvième siècle.(8) Ce Scanza était peut être une île, mais ça ne peut pas poser de problème. La Norvège ancienne (ne) l'était (pas) aussi. Une 'île' peut avoir de nombreuses significations, allant d'une véritable île, d'un pays sous la forme d'une île, d'un pays entouré par d'autres tribus ou régions, d'une enclave ou d'un groupe d'îles (La traduction lit. du flamand 'c'est une île' veut dire 'il y a beaucoup d'iles ici). Scandia était un nom qui s'appliquait également à la 'Zélande'. Fasge (Fakse) a également été répertorié comme domicile de Rollon. (9) Fas (Fahsi, fax, Fasse ...) existe en ancien néerlandais comme toponyme qui signifie 'un endroit où l'herbe rugueuse pousse'.(10) Ça pourrait être un endroit élevé ou une zone côtière de l'Escaut. Les Annales Lindisfarnenses décrivent Rollon comme un résident de la région de l'Escaut.(11) Grâce à une vision, Rollon a eu l'idée comment réaliser ses plans. Et ces hommes entraient en contact avec le roi chrétien des Angles, Alstem. Ils parlaient de Rollon comme duc de Dacia. Alstem représente Aethelstan, le nom que le roi Gudrum prit lors de son baptême.(12)

Il est compréhensible qu'ils n'attendaient pas Rollon à Walcheren. Nithard (13) écrivait que Lothaire concluait une alliance avec le 'Danois' Herioldus (Harald) en lui donnant le gouvernement sur Walcheren en 841. Harald avait été expulsé de Dania au paravant par le roi 'Hárekr Guðröðarson'. Harald allait plus tard assassiné son frère Hemming dans sa bataille pour Walcheren, Hemming, qui avait choisi le côté de Louis le Pieux. Rorik, fils de Hemming, avait été chassé de Walcheren par Harald. Il s'était réfugié chez les Saxons. Rollon entrait aussi en conflit avec Harald. Lothaire encourageait Harald à attaquer les possessions de Louis le Pieux, d'où peut-être les divers raids le long de l'Escaut, dont Anvers. L'histoire de l'expulsion de Rollon a donc eu lieu en Zélande. Par conséquent, il y avait une raison pourquoi Rollon allait retourner et attaquer Walcheren. C'étaient aussi ces 'Danois' de Walcheren et Schouwen (Scalde) qui sont répertoriés dans le Historia S.Cuthberto comme des Scaldingi (enfants de l'Escaut) sous la direction de Ubbe, dux Fresonum, et qui infestaient l'Angleterre. Un Frison présidait alors les Vikings de l'Escaut. Les Frisons et les Danois se sont souvent mis ensemble.(14) Le 'ringwalburg' à Burgh, par exemple n'était probablement pas bati 'contre' mais 'par' les Northmanni ou Danois... Tous ces escarmouches étaient des raids non ordinaires, mais des comptes politiques, des gains de puissance et de la légalisation de propriété, qui s'étendait de la Loire à l'Escaut, et ou l'on représentait l'ennemi toujours très négatif et déformé. Nous pouvons soupçonner des batailles assez fortes entre les tribus Dani. Et on devait par exemple choisir entre Louis ou Charles ou Lothaire... Les Vandales, les Suèves, les Saxons, les Danois de la mer, les Danois du sud, les Frisons ... travaillaient ensemble ou se battaient les uns contre les autres afin de sécuriser leurs droits (la bataille légendaire de Finnsburh au 5ème siècle en est un exemple). Charles le Chauve avait peut-être accepté Baudouin comme premier vassal de la Flandre parce qu'il avait peur qu'il choisirait le camp des Danois qui dominaient l'ensemble des zones côtières et fluviales. Peut-être que Baldwin se réfugeait chez les Danois lorsqu'il avait dû se fuir. Quand il était comte de Flandre, les Danois laissaient sa région en paix.

En 876 Rollon quittait l'Escaut et entrait par la Seine à Jumièges (gimegias). Quand Rollon venait de l'Escaut avec ses hommes, il venait du nord et 'northmannorum' n'était pas une expression étrange ou fausse. Les résidents de Rouen avaient entre-temps entendu dire que les 'northmannorum' étaient à Jumièges. Rollon ne pillait pas l'abbaye de Saint-Pierre, mais il se rendait à l'autre rive, à la chapelle de Vedastus, sancti uedasti. Il plaçait la vierge Hameltrude, hameltrudis, sur l'autel, de sorte que la chapelle portait à jamais son nom. Rollon voyageait jusqu'à Rouen.

aankomstvanRolloinRouen15deeeuwBrussel-1.png

 

 Arrivée de Rollon à Rouen (Brussel 15e siècle)

Il trouvait la ville en ruines (des Francs?). La ville ouvrait ses portes à Rollon et Rollon donnait sa parole qu'il ne pillerait pas la ville. On parlait le 'danois' à Rouen et Rollon parlait aussi le 'danois'. Les gens de Rouen, avaient-ils les mêmes racines que Rollon et sa tribu? L'évèque Franco de Rouen était pragmatique et signait un traité de paix avec Rollon. Rollon s'assura qu'il n'y avait pas d'ennemis (des Francs) et laissait la ville tranquille. Dans le 'Chronicon Sancti Michaelis' nous lisons ...venit Rollo in Normannia, V Kal December in 876'. Lui et ses amis trouvaient également de la terre le long de la Seine, ou il y avaient déjà des Dani. C'était un bon pays pour s'installer. A partir de ce moment, les guerres et les batailles contre les Francs ont commencés car les francs aussi voulaient gagner des terres.

Dans ses écrits, Dudon employait alternativement et synonymement 'northmannos, dani, uit datia, dacigenae, more dagorum (à la façon des Dani), daci, northmanni, northmannorum (Rollo dux northmannorum)' pour le peuple de Rollon. En 911 est venu le traité de paix à Saint-Clair-sur-Epte. Le roi pensait que Rollon accepterait peut-être, parce qu'il venait de cette région. Rollon connaissait la Flandre et pourrait la comparer avec la région qu'il contrôlait déjà et qui avait plus de potentiel. Il savait que la région flamande se composait principalement de marais, une bonne raison pour se débarrasser de cette dernière proposition. Dudon décrit Rollon dans les chapitres 5 et 6 comme le fils du roi de Dacia et Alania qui possédait la plupart des terres. Dacia et Alania se trouvaient donc en Europe occidentale. Dudon écrit qu'ils dérivaient avec le vent de l'est, de Dacia en Angleterre. (15) Le roi-adversaire qui voulait conquérir Dacia, était jaloux et attendait le juste moment d'affronter Rollon et Gumir.  Dudon espère, quand il écrit du bannissement, que Rollon pourra retourner dans son pays où ses ancêtres ont vécu! Dudon semble vouloir construire une histoire tout aussi importante que l'histoire des origines de Rome. Je ne pense pas que ce Datia / Daci de Rollon soit l'ancienne Dacia et Alania en Europe orientale, d'où les Germains, selon la légende, sont venus dans un passé très lointain. (16) Les Meldi aussi ont de tels antécédents où l'on peut soupçonner qu'ils venaient de la région du Danube à travers l'Italie et le sud de la France jusqu'en Flandre.(17)

Dacia n'est pas non plus le Danemark actuel. Danemark n'avait pas d'histoire ou des sources locales faisant allusion à ces événements. Chercher Alania et Dacia dans le nord, ne joue qu'un rôle à travers la récupération après le 10e siècle. Avec d'autres auteurs de cette époque, on peut lire que les Dani du début du Moyen-Age en Europe occidentale étaient interchangeables avec les Northmanni.(18)

Des reliques scandinaves sont, dans ce qui est maintenant la Normandie, à peine trouvable. Tous les batailles nous font penser que c'étaient en fait des conquêtes sur la Francie carolingienne et que l'ennemi, selon la situation, portait plusieurs surnoms comme, Saxons, Frisons, Northmanni, Normens, Norreins, Norois, Noreys, paens ne Sarrazin de Norailgle, Dani, Vandales, Suevi ou Huns... Le Danemark, montrait la région des Dani qui vivaient jusque là. La région à cette époque était un 'mark' (une frontière): les limites des voyages ou les Dani ou Danois parcouraient à l'époque, le Dane-mark. Le vieux Danemark peut en effet avoir été la région de l'Escaut. 'Schelde' veut aussi dire 'séparér', ce qui indique une marque ou une frontière.

 

 

 aldrisikopie-1.jpg

Copie européenne d'une carte du 12ème siècle de Al-Idrisi

Denmark se trouve à côté du pays 'français'.

 

 

Et les Vikings sont pour moi des personnes qui 'wijken, wiken' (s'écartent: émigrer, passer à un autre pays, s'en aller, fuir).(19) Ils voyageaient également plus au nord: noord-wege (nord-chemin: nord-direction). Par conséquent, si plus tard ils reviennent de leur 'wik' (refuge, nouvelle colonie) par exemple vers le sud, on les appelle les 'wikingen' (les enfants de ceux qui se sont allés, qui se sont réfugiés).

L'histoire historique du Danemark ne commence qu'après la période de Rollon. L'implantation des 'wijkelingen/wikingen' (émigrés) germaniques avec la population locale dans le nord, fait croitre la nécessité de créer une histoire nationale avec un héroïsme et une importance nécessaire. A cause de ça, beaucoup d'histoires d'Europe occidentale vont être récupérés par l'Europe du Nord par des gens qui étaient venus du sud.

La vie de Rollon et la vie de son père peuvent être expliquées parfaitement comme des affrontements de différents groupes de Germains pour gagner du pouvoir et de la terre. Particulièrement les Francs faisaient parler d’eux même dans la conquête ou dans la défense du territoire. Dans le 9e siècle, les Dani et Northmanni ont bien reçu la plupart de leurs terres d'une façon officielle, par des traités plutôt que par des conquêtes. Le plus avantageux pour les Francs était de négocier avec les Vikings, les Danois, les Normands, les Frisons, les Flamands ... afin de conclure des accords et des traités. Cela prouve que ces tribus vivaient là depuis longtemps et qu'ils voulaient des garanties juridiques pour leurs territoires. Les 'barbares' qui voulaient vivre comme les Francs, imitaient la structure politique de ces Francs et se laissaient baptiser.(20) Ils ont créés un statut 'Normand' à la façon des Francs, ce qui prouve à nouveau qu'ils habitaient déjà la région. Surtout par exemple que Rollon, pendant les négociations, allait probablement perdre la bataille, mais qu'il a obtenu sans combattre une officialisation de son pouvoir dans ce qui deviendra la Normandie. On ne peut pas trouver des sources écrites contemporaines de ce traité de 911. La première mention se trouve dans une charte du 14 mars 918, où il est confirmé que Rollon possède des terres en tant que chef des Northmanni de la Seine. Rollon irait chercher plus tard de nouvelles terres dans le nord, la Picardie et la Flandre. Une Flandre qu'il avait rejeté plus tôt, ce qui pourrait avoir été un mouvement tactique. Une autre raison peut-être que Rollo pensait que le roi voulait jouer l'un contre l'autre des deux gouverneurs pour se maintenir plus fort, ou peut-être pour officialiser le roi Rollon en lui offrant une région marécageuse et raisonnablement hostile. Il ne portait jamais officiellement le titre de 'duc de Normandie' au cours de sa vie. En 923, Flodoard décrit Rollon comme 'Ragenoldus princeps (prince?) Nortmannorum'.

Après quelques centaines d'années on allait 'retravailler' les histoires sur Rollon: Le Orkneyinga Saga du 12e siècle (chapitre 4), récupère Rollon comme un noble de la Norvège, fils de Rognwald et Ragnhild. On le surnomme 'Göngu-Hrolf', ganger Hrolf (randonneur-grandloup) car aucun cheval ne pouvait le porter. Dans le Harfager's Saga (21) le peuple parle de Rolf et de son frère Thorer, fils de Rognwald, comte de Moere, et de Hild. Rolf avait été exilé de Norvège après une dispute avec Harald et s'est rendu à Sudreys (sud-iles), qu'on indique comme les Hébrides mais qu'il faut simplement appeler 'îles du sud'. Il s'installa aux Orcades et se déplaçait vers l'Ecosse. Les deux régions appartenaient à son père. Ensuite il se dirigeait à Valland (22) pour conquérir ensuite la Normandie. Ç'est étrange que Harald avait d'abord libéré les îles des pirates et qu'on peut lire dans le Richer du 10ème siècle que Rollon était un chef des pirates. Dans la Historia Norwegie (23) du 12e siècle, Rognwald-Rogwaldi, apparait comme conquérant des Orcades. Rollon y est appelé Rodulfus, connu sous le nom de Gonurolfr, sans parler d'un lien familial. La Þorsteins saga Hvítá (1275-1300) et la Laxdoela saga du 13e siècle mentionnent que le fondateur de la Normandie était le fils du chef norvégien Oxna-Thorir, mais dans d'autres textes sur lui, Rollo n'était pas dans son pedigree.(24) Dans le Göngu-Hrólfs saga du 14e siècle, Rollon est devenu un fils de Sturlaugr, un 'roitelet' Norvégien avec le surnom de 'wandelaar', randonneur. Ce Rollon a été particulièrement actif en Russie. Probablement s'agit-il ici d'un autre personnage.(25)

Dans les traditions orales des 'Scalden', on chantait de Rollon comme étant un frère de Eynarr, jarl des Orcades, mais on ne chantait pas de la Normandie qui était si important pour Rollon. Au moment ou la mère de Rollon mendait pour son fils en face de Harald on ne mentionne nulle part le nom de Rollon.(26)

Sur un cite web généalogique (27), on décrit Ganger Rolf comme premier duc de Normandie, fils de Ragnvald I le Sage, fils de Eystein Glumra, fils d'Ivar Oplaendinge, fils de Halfdan l'Ancien, né vers 860 et mort entre 917 et 937 et qui épousa Poppa et plus tard Gisela.

Au 11e siècle, Guillaume de Jumièges (28) parle de Rollon comme un petit chef qui conquérait Rothomo (Rouen) et se rendait après en bateau à 'Hasdans' sur la rivière 'Authuræ'. Il laissait Rollon combattre le souverain franc Rainaldus, qui était aidé par Hastingum (Hasting) de 'Carnotena urbe' (Chartres). Ce 'danois' Hasting avait des noms germaniques occidentales comme Haesten, Haestenn, Haesting, Hastein et Alsting.(29) Rollon allait également prendre 'Baiocasensem Urbem' (Bayeux). Là, il a épousé Poppa, fille du marquis de Neustrie, Berengar. Ils eurent un fils, Guillaume Longue Epée. Willem écrit que Charles III le Simple a donné des terres à Rollon et sa fille Gisla, terram maritimam ab Eptæ flumine usque ad Britannicos limites, pour que Rollon cesserait ses conquêtes. Au même moment, tota Britannia et ipsius provinciæ principibus Berengerio atque Alanno prêtaient serment à Rollon.

Guillaume de Malmesbury (30) laisse Rollon occuper la ville de Rouen en 876. Le 'Planctus', un poème du 10ème siècle sur Guillaume Longue Epée dit que la grand-mère de Willem venait d’outre mer au moment ou Rollon était sur les îles Orcades. Guillaume de Jumièges écrivait que Rollon fut baptisé par un archevêque franc en 912 et qu'il a continué sa vie comme 'Robert', comme son parrain Rodbertus dux.

Baptme_de_Rollon-1.JPG

Baptême de Rollon (Parchemin du 15e siècle)

 

Mais le titre de Robert I, comte de Normandie, n'a pas de mentions contemporaines. Guillaume écrit que Rollon est mort à Rouen. Pour Flodoard, Rollon est encore en vie en 928 et il mentionne Willelmus comme 'princeps Nortmannorum' en 933. Le Chronicon Sancti Michaelis écrit que Rollon est mort en 917. (31) Wikipedia maintient la date entre 927 et 933 selon la langue du document. Rollon mourut 'quelque part' en Normandie. Cela pourrait avoir été près de la ville de 'Le Tréport'. Au dixième siècle Rollon s'installait dans la région, probablement jusqu'à sa mort. Le Tréport était normand au neuvième siècle, avant, c'était une région saxo-frisonne. Les Annales Fuldensis écrivent sur l'année 882: Nordmanni portum, qui Frisiaca lingua Taventeri nominatur... (Un port des Nordmanni, qui est appelé Taventeri dans la langue frisonne...) Ce vieux Frisia dans le sud des Pays-Bas s'étendait jusqu'au 'Le Tréport': Ulteris Portum. Le sens pourrait avoir été 'Le port qui est au-delà', probablement vu de la ville d'Eu. Si je traduis 'Portus Ulteris, Port Tré' dans la langue 'Frisiaca', il faut lire 'de haven ulteris, de haven tré', ce qui pouvait affaiblir à Taventeri. Le site web de la ville de Tréport commence son histoire comme suit: Tréport voit arriver les Normands autour de 859. Au 10ème siècle Rollon s'installe dans la région jusqu'à ce qu'il y meurt.(34) Tréport devenait Normand au 9ème siècle, avant c'était saxo-frison... Le Tréport pourrait-il avoir été Taventeri? Il y avait des villages Frisons jusqu'à la Seine.

On a enterré Rollon à Rouen, mais ils ont détruit sa tombe au cours de la révolution française. Selon Vital on pourrait lire sur son épitaphe: Au milieu des batailles, il a surmonté les nombreuses cohortes courageux de Dacia. Frises, les gens de Walcheren, de l'Halba (Alba, Aa?) et ceux du Hainaut qui se sont rebellés contre lui, devraient se fuir pour lui...(35)

Avant l'époque de Rollon il y avait aussi eu des affrontements en Europe occidentale. Un des plus célèbres était avec Godfried le Danois, père de Ogier, fils de Doon de Mayence. Ogier de Danemark travaillait avec Charlemagne, mais était parfois aussi son ennemi. Godfried, qui avait déjà attaqué Gand, ne respectait pas ses obligations, payer un prêt, et à cause de cela, le fils de Ogier était en otage à la cour de Charlemagne, entre autres dans la forteresse de Saint-Omer. Ogier reçu 'Dennmarck' de son père. (Un père qui habitait plus à l'est)  Où était cette marque? Aux Pays-Bas, on le considérait comme un Brabançon, un neveu de Charlemagne et petit-fils de Pépin. Le fils d'Ogier nommait Baldwin, un nom très commun parmi la noblesse flamande. Selon d'Avril (36) il s'appelait Godfried d'Ardennemark.

 

ADN

Une histoire intéressante est que, de plus en plus, des résultats sont publiés sur la classification des personnes en fonction de leur profil ADN. Ce qui est frappant, c'est la difficulté de différencier des ancêtres danois, normands ou flamands. Une quête scientifique pour vérifier 'où' et 'quand' se déplaçaient ces familles, me paraît extrêmement nécessaire. Dans l'avenir, beaucoup d'histoires classiques devraient être reconsidérées. Wilson et Moffatt (32) ont récemment découvert quelques traces de R1a1a dans certaines familles anglo-normandes de l'Ecosse, et Wilson a spéculé sur des gènes 'français' au lieu des gènes 'norvégiens'. Peut-être la réponse est que la plupart des familles écossaises anglo-normandes étaient effectivement normanno-flamandes sur la ligne ydna (les noms de famille ont tendance de venir de la Flandre). On s'attendrait à une prédominance de R1b, et c'est apparemment ce qu'ils ont trouvés dans ces familles. Le site web de la famille du clan Campbell nous explique que de nombreuses maisons nobles écossaises et les descendants du Normand Rollon, peuvent être liés avec la vieille noblesse flamande. Citation:...Les familles normandes liés, descendant de 'Gommeri Ingvarsson' et de 'Rollo Granger' apparemment partageaient une ascendance paternelle commune, associée à la noblesse flamande, avec des noms écossais importants, y compris Baird, Buchanan, Cameron, Campbell, Crawford, Douglas, Fleming, Graham, Hay, Lyle, Murray, Seton et Stewart. (33)

Un autre site sur des pedigrees nous montre qu'on peut placer le 'Moere' de Rollon en Belgique.(42)

Schermafbeelding2014-12-30om173015-1.png

Les Sinclair's en Écosse qui venaient de Normandie affirment que leur ancêtre était un descendant de Rollon. Leur premier ancêtre que l'on peut tracer, était Richard de Clare, (58) fils de Gilbert, fils de Richard I, duc de Normandie et petit-fils de Rollon. Richard avait été élevé à la cour de Flandre. Dans son arbre généalogique, nous lisons des noms comme Comyn, Balliol, Bruce, de Burgh... tous ces noms pourraient venir de la même région, le pays des Morines de Rollon. (Comyn: Komen/Comines, Balliol: Belle/Bailleul, Bruce: Louvain et Bruges ...)

 

Les noms utilisés dans la région d'origine de Rollon

Inspectons tous les noms, aussi ceux des légendes nordiques, qui sont utilisés pour indiquer Rollon et son origine. Pouvons-nous démontrer que les noms venaient d'Europe occidentale? Peut-être que les noms changeaient et recevaient un caractère nord-européen dans 'l'assemblage' des récits historiques.

Rollo(n). Les toponymes en Flandre avec 'Rollo' sont trop nombreux pour ignorer: Rollegem, Rollencamp, Rollancourt (Arras) Rollancourt (Cambrai) Rollant Valcel, Rollepot, Rollez.(43) Rollo était un nom de loup (wulf wolf), qu'on utilisait déjà dans la région. Dans le Beowulf (44) il y a un roi qui s'appelle 'Wulf' et un certain ''Wulfgar, chef des Wendlas contre les Vandales. Et Rollon était un Vandal. Les 'Hastings' commençaient leur maison avec un 'Wulfa' avec un descendant 'Aldwulf'. Les 'Merciers' avait un 'Wulfhere' comme dans 'Wulveringem' (lit. loup-descendants-maison: la maison des descendants du loup). Les noms de famille et les toponymes avec 'loup' sont très fréquents en Flandre.(45) Des linguistes français se réfèrent aussi à Roland pour le nom de Rollon (voir ci-dessous). Prenons par exemple Rollegem en Flandre occidentale. Au 6ème siècle, les Germains vivaient dans la région. Rollegem est mentionné pour la première fois en 1164. Il porte le nom germanique de Hrodilinga-haim, qui signifie haim, heem ou maison des Rodelingen, descendants de Rollo. Voir aussi ci-dessous chez 'le pays de Rode'.

Alania est mentionné. En Flandre, les noms qui viennent de 'Allanen, Allain' sont très nombreux.(37) Ils indiquent peut-être des villages où vivaient des 'Alanen, Allains' qui étaient d'un Alania plus ancien. Le nom 'Allen' est connu en Angleterre depuis Guillaume le Conquérant. Les noms de famille 'Alain' sont également évidents en Normandie.

 

Moere (More Møre Moer Maer Môrlant (38)) est un nom générique pour une zone de marais de tourbe qui a changé en nom de lieu et nom de famille.(39) Moere, maintenant en Flandre occidentale, était un endroit maritime à l’époque de Rollon. Ses navires pourraient être amarrés près de sa résidence. 'Les Moëres, de Moeren', également maritimes, se trouvent maintenant en Flandre française et occidentale. C'est certain que Rollon attaquait plus tard la région autour de Saint-Omer, après son expulsion par Harald. Zuiddorpe en Flandre zélandaise s’appelait aussi Moere. Dudon donne à Rollon le surnom de 'Moericus', qui veut dire 'venant des Moëres'. Est-ce la terre des Morines? L' évêque le plus célèbre de Rouen, la capitale de Rollon, venait de la région des Morines! Dans l'histoire de Gudrun du 13ème siècle, basée sur des histoires plus anciennes, il y a un Siegfried (Sivrit) de Môrlant ou Môrriche. Pouvons-nous reconnaître ici la figure historique du 'Danois' Sigfred (930-965) des 'Moeren' (Ardres, Guines)? (40) Môrlant était le nom du diocèse de Thérouanne. On découvre tout près de Moere les hameaux 'de Engel' à Ichtegem, 'Angel, Engelbeke et Moerlete' à Aartrijke et 'Engelbeek, Ange' à Eernegem. Des 'Ynglingar' vivaient peut être là, un nom qui se trouve dans l'arbre généalogique de Rollon. (Angelen, Engelen (41)). Peut-être que nous pouvons placer ici la version la plus ancienne de l' Ynglinga saga.

Rögnvaldr, comte de Møre, père de Rollon vient des sagas islandaises 'retravaillés' dans les siècles plus tardives. Rögnvaldr, selon les mêmes sources, serait le fils de Eysteinn Glumra fils de Ivarr, fils de Halfdan le Vieux.(42)

Upland, Ipland ou Opland. (lit. sur-pays: haut pays)

Cela est probablement juste la confirmation que Rollo était un garçon 'de la campage'. Le terme se trouve partout en Europe occidentale.

-Il signifie 'terrain élevé' dans le flamand occidentale. Ces altitudes près de la mer se situent aussi à Moere (14m, 16m, 21m...).

-'Oplanden' signifie 'accumuler'. 'Upland' ou 'oplaendinge' (un nom dans l'arbre généalogique de Rollon) signifie 'un endroit accumulé par des hommes'. Cela pourrait se situer dans les deltas de l'Aa jusqu'à l'Escaut.

-La Signification générale pour 'Upland' est 'arrière-pays rural', en contraste avec la ville. Ce toponyme est commun en Angleterre. Un 'Oppelander' était quelqu'un de la campagne. Rollo pourrait avoir reçu le surnom pour quelqu'un qui était venu de la campagne, un 'uplendisc man' (ancien anglais). Upland peut bien avoir été un surnom, pas encore un nom de famille.(58) Cela peut indiquer, ensemble avec le nom 'Moere', que Rollon ne venait pas d'une région urbaine importante, mais que sa famille venait d'un arrière-pays.

 

Datia ou Dacia: Les Dania (Danois) étaient un peuple qui venaient peut être dans le passé lointain du Nord à l'est et au sud et qui se sont retrouvés en Europe occidentale. Dacia devenait le nom le plus ancien de ce qui est maintenant la Normandie. Peut-être que les Meldi (46) en faisaient également partis. Les noms 'Dania' et 'Dacia' se sont utilisés en alternance. Le pedigree de l'Europe occidentale des Dani commençait par 'Scyld'. Cela fait partie de la région de l'Escaut (Schelde) et des vikings de l'Escaut (Scheldevikingen). Les Dani étaient des 'Scyldingen' (avec une branche 'Healfdani', moitié-dani) et des Ingwinen. Un descendant de Scyld était Hrothulf (Hrolfr, Roluo: Rollon). Nous trouvons un Wulfingas chez les Scyldingas et chez les 'Windlas' un 'Wulfgar'. Les Yngling ont été identifiés comme des Scylfings en ancien anglais. Le terme 'Schelferinge/Schelveringe' (de 'scelf', anglo-saxon 'scylfe') existe en Zélande et en Flandre Occidentale. C'étaient des étagères pour préserver quelque chose de la récolte (surtout du foin) ou une hauteur pour séparer des morceaux de terre. Le Schelveringe était aussi un cours d'eau sur l'île de Schouwen en Zélande. Il séparait les dunes du reste de l'île. Les gens qui préservait leurs récoltes de telle manière, ou qui vivaient le long du cours d'eau, pourraient certainement utiliser ce nom.

Nous ne devons pas chercher bien loin pour trouver le sens de 'den' ou 'dan'. Cela signifie une plaine, une lare, un abri, une vallée, dans les langues germaniques occidentales (47). Ça s'apparente au 'wik' des 'wikings'. Pour les Danois ou Dani, nous devons nous orienter vers le sens de 'résidents d'une zone de basse altitude qui pourraient servir d'abri: Gens des Pays-Bas! Le delta de l'Escaut et le delta de l'Aa à Saint-Omer apparaissent comme des endroits idéals possibles.(48)

 

Lion. On peut voir Rollon dans un livre du 18e siècle avec un lion comme écusson.(49 et voir première illustration) Rollon, a-t-il un lion de l'Europe occidentale comme symbole? La Flandre a peut-être changé son écusson en 'lion' pour consolider sa légitimité contre les 'autres lions'. Les deux lions sur le drapeau de Rollon représentent-ils la région d'où il venait, et la zone d'où il est allé? Il est intrigant de voir autour de Rollon, de la Flandre et du Normandie des lions similaires sur les armes.(50) Rollon, utilisait-il le lion de Roland comme exemple? Les couleurs rouge, jaune et bleu attirent l'œil. En outre, les écussons ultérieures aux Pays-Bas sont similaires. Les armes de Staden en Flandre occidentale viennent de la noble famille des Carnin qui avait le titre de Méricourt (Maeri-curtis), qui s'explique comme 'la cour de Moere au pays des Morines'. Nous voyons trois têtes de lion jaunes sur fond rouge, avec des langues bleues.

 

Staden_vlagsvg-1.png 

Staden

Les lions sur le drapeau de la Normandie sont jaune sur rouge. Ils ont également les langues bleues de la région de Moere.

Schermafbeelding2015-01-31om153924.png Flag_of_Basse-Normandiesvg-1.png Flag_of_Aquitainesvg-1.png  Royal_Arms_of_England_1198-1340svg-1.png Schermafbeelding2015-01-31om154032-2.png

 

 Valenciennes                          Basse-Normandie                                Aquitaine                   Angleterre           Wales

La maison des 'Dampierre' commence au 11e siècle avec 'Guitier/Witier de Moëslains († 1080)', seigneur de Dampierre-sur-Aube et Meslain. Ceci est l'arme éteinte, de gueules, à deux léopards d'or.

Dampierre-1.png

Dampierre

 

Les Dampierres gouvernaient aussi sur la Flandre (par mariage). Ils utilisaient alors comme arme 'le lion de Flandre'. On peut voir l'arme rouge sur le tour du beffroi de Sluis en Flandre-Zélande. Willem van Ieper (Guillaume d'Ypres), burgrave d'Ypres puis gouverneur du Kent, avait comme arme un lion marchant (comme les lions de la Normandie), peut-être hérité de son père, Filips van Lo (Philippe de Lo). Probablement Filips van de Elzas (Philippe d'Alsace) prend possession de l'arme, mais il en fait un lion rampant, qui devient le lion flamand.

Il est également frappant de constater que la maison royale des Francs n'a jamais utilisés des lions comme 'arme'. Sur une miniature on voit Charlemagne le simple sur un lion (voir photo). Voulait-on montrer son pouvoir sur les 'tribus lions'? Les lions sur les tombes ne sont-ils pas seulement un signe de courage, mais aussi parfois un signe de soumission? En néerlandais 'ils se trouvent à mes pieds', veut dire entre autres 'Je les ai en mon pouvoir'. Des symboles ont toujours été importants, en particulier dans l'héraldique, permettant de reconnaître chacun ou chaque tribu instantanément. Quelqu'un qui connait un peu l'histoire, peut reconnaître toutsuite certaines nations ou tribus: des abeilles, des aigles, des ours, des chevaux, des sangliers, des dragons, des licornes, des roses, des lys, des étoiles ...

kareldeeenvoudigetoontzichbaasoverdeleeuw-1.jpg

Charles le Simple (Jean Du Tillet - Recueil des rois de France. Bibliothèque nationale de France.1501-1600) 

Le pays de Rode, pays des vikings de l'Escaut.

Le 'Pagus Rodanensis' était un pagus à l'est du Zwin, déjà mentionné en 707 (copie de 941). La ville de Aardenburg/Rodenburg doit son nom à ce pagus qui serait à nouveau dérivé d'une rivière, Rodana ou Rodanos, que nous pouvons identifier comme Rodebeek. Le pagus Rodanensis comprenait la région de Oostburg et Rodenburg, et allait jusqu'à Maldegem, Adegem et Westkapelle. La dernière mention de ce pagus date de l'époque de Charles le Chauve (840-877).(50) La région possède de nombreux toponymes en 'rode'.(51)

 

Le pays de Rode à Rouen

Quelques noms anciens pour la ville étaient Rotomagos, Rodom, Rothom, Rudhûm... Sont-ils liés aux toponymes avec 'Rode'? Le même Robec ou Rodebeek (52) comme dans Aardenburg/Rodenburg coule à travers Rouen. Lajoye (53) ne voyait pas de consensus sur la signification du nom de Rouen. Il a trouvé un Rotum, Rothum germanique et un Rodem anglo-saxon. C'était pour lui une bonne raison pour chercher en Scandinavie afin de trouver là un Ruða et Ruðuborg. Pour Gicquel (54) Roland signifiait 'pays de gloire' (gloire de hruot-grand) et Rotomagus (Rouen) également 'pays de gloire' (aussi de hruot-grand). Rollo, Rollon en France, et Roeland, Roland en France, sont des homonymes parfaits et les deux étaient de la même région (consultez mon site Web chez Roland). Rollon voulait-il Roland comme exemple?(59) Victrice (55) (330-407) était probablement né à Moere-Môrlant, la région de l'Escaut des Morines. Il avait d'abord été un légionnaire romain avant qu'il se convertit au christianisme.

En 585 Grégoire de Tours parle de 'seniores Franci' à Rouen, 'des Germains'.

En 650 Saint-Ouen veut évangéliser les païens franques dans le diocèse de Rouen. 'Ouen' vient du germanique 'Aldwin' ou 'Edwin' (vieux ou noble ami) (saint Oën, Dadon, Audoenus, Audouin, Audoën, Lohen, Lohan, Dodon, Ewen, Even, Oyn sur Wikipedia)

Olav II, d'abord viking, ensuite roi et plus tard le saint patron de la Norvège (995-1030) se laissait baptiser à Rouen quand il était encore mercenaire.

Un voyageur arabe, Abraham Ben Jacob parle de Rudhûm dans le pays des Farandj (Francs). Il écrit que les habitants parlent d'un salmûn (saumon) et d'une ghâns ('gans' en néerlandais signifie 'oie'), une preuve que la frontière linguistique germanique occidentale au 10ème siècle était encore beaucoup plus au sud.

Les annales normands écrivent que dans le Moyen Age, les échevins de Rouen gouvernaient la ville comme les flamands, ce qui prouve encore un autre lien! (56)

 

La langue de Rollon

Rollon était attendu à la cour de Charles le Chauve après sa 'nomination'. Il s'est présenté avec un salut en thiois 'Bij Got'.(57) Le roi et sa cour ne voulaient plus comprendre ces mots, au contraire, ils s'en moquaient. Une indication claire que dans le pays franc le 'germanique' se désintégrait. On peut le constater comme une annonce pour de nombreux conflits ultérieurs entre l'Allemagne germanique et les Germains qui se romanisaient en 'France'. Après mille ans, c'est encore un point de discorde en Belgique. Charles et Rollon devaient se parler à travers d'un interprète. Ce 'bigot' n'était pas du scandinave, mais du flamand occidental/saxon des 'Danois', la langue du pays de Rode. Sur mon site Web, des centaines d'exemples indiquent que presque tous les noms de lieux et noms de famille en Normandie ne viennent pas du nord lointain, mais du nord tout près, de la Flandre saxonne, de Frise et de Kent. Les substrats du dialecte normand indiquent plus une origine germanique de l'occident plus tôt que celle du Nord. A Rouen on parlait une langue germanique occidentale. Les plus anciens textes runiques récupérés, même au Danemark, sont, selon Looijenga (voir deux boites), clairement inspirées par un germanique occidental plus tôt que par un germanique du nord...

 

Lions bleus

wapenrolZurich14deeuw-1.png

Les lions bleus de Dacia

Zurich, Musée national suisse, Wappenrolle 1330-1345 parchemin

Remarquez les griffes rouges. Les lions se trouvent à côté des trois lions rouges d'Angleterre. Ces lions correspondent au lion de la maison de Louvain, qu'utilisait la famille normande de Bruce.

 BruceLouvain-1.png

Blason de la famille de Bruce: Louvain

 

Des lions bleus sont également visibles sur les armes de Bruges et sur celui de la famille Normande d'Estouteville.

 Brugge-1.png                 109px-Blason_Robert_VI_dEstouteville_n_460_Armorial_de_Gelresvg-1.png

                 Brugge                                     d'Estouteville

 Charles le Bon, comte de Flandre (1119-1127) était un petit-fils de Robert le Frison par sa mère flamande et par un père danois. Il montre dans ses armes écartelés le lien entre les (anciens) Danois et Flamands.

DecronickevanVlaenderenDenemarkenOud-Vlaanderen-1.png

 Armes de Charles le Bon (De cronicke van Vlaenderen)

Noms scandinaves (Wikipedia)

Fax (Fasge, Fauske, Faxe)
Le toponyme au Danemark vient du vieux norrois Fakse et signifie 'crinière de cheval', peut-être parce qu'il a été construit sur une colline longue. La ville n'a été mentionnée qu'en 1280 et la première église a été construite en 1440. Pas de piste de Rollon. Fauske en Norvège est nommé d'après l'ancienne ferme Fauske (ancien norvégien: Fauskar). Le nom provient de fauskr, qui signifie 'arbre ancien et pourri'. Rien de Rollon.
Scania (Skåne, Skaane, Scanie en français, 'Schonen' en néerlandais et allemand)
Les Romains pensaient que Scania, où qu'il pourrait se trouver, était une île, l'île Scanza. Scania vient pour la première fois dans un texte du 9ème siècle. Harald Blactand règnait là au 10ème siècle. Le nom peut venir de la racine germanique *Schaðin-Awja, ce qui peut signifier l'île des dégâts. Rien sur Rollo dans l'histoire.
Møre (Meore, Moere)
De l'ancien norrois Mǿrr (océan, mer, région côtière). La Suède a Möre aussi. Aucune trace de Rollon.
Oppland (Opland, Oppland, Opplanda)
L'intérieur de la Norvège était autrefois appelé Opplönd (terres hautes).
Opland était peut être un centre de conseil d'administration dans le temps des wikings où règnaient Eystein, père de Asa et Halfdeen Witbeen, Halfdeen le vieux (environ 750), Ivar Halfdeenszoon (environ 770), Eystein, Ivarszoon, père de Ragenwald Eysteinszoon (788 ), Grand-père de Rollon. En Opland il n'y a aucune preuve que Rollon était là..
En Suède, il existe un Uppland, une partie d'Uppsala. Rien à propos de Rollo, mais... Gamla Uppsala (Vieux Uppsala), juste à l'extérieur d'Uppsala était un important centre religieux, économique et politique au 3ème et 4ème siècle de notre ère. Le vieux Uppsala était connu en Europe du Nord comme la résidence des roi suédois de la légendaire dynastie Yngling. En effet, la dynastie Yngling venant de l'Europe occidentale arrivait au nord. (Voir mon livre en néerlandais: Een nieuwe visie op Noordzeevolkeren en wikingen uit de lage landen.) Pour les nouveaux arrivants, l'endroit devrait être très attrayant pour coloniser.

Conclusion

Tout ce qui précède reste des preuves indirectes, mais dans le nord scandinave, même ces preuves manquent. C'est aux Scandinaves de trouver autant de sujets afin de réclamer Rollon dans leur histoire de Oppland ou Møre. Les reliques d'Europe occidentale avec leurs interrelations dépassent les hypothèses norvégiennes ou danoises ultérieures concernant Rollon. S'il y avait dans le nord un Rollon, ce ne peut être qu'un homonyme (Russe). Le Rollon 'normand' pour moi jusqu'à nouvel ordre était un enfant des 'Morines danoises' de la Flandre-Zélande.

 


 

Ressources

1. http://www.gjallar.nl/index.html

2. Miracula sancti Bavonis, Holder-Egger, 1888, p 596

... Piratae Danorum sedibus suis non contenti, Walachram. petentes, cuncta devastant ...

3. D'autres noms pour Rollon: Rollo, Rolle, Roulles, Roluo, Rou, Rous, Roul, Roulf, Rodolf, Rodolfus, Radulf, Radulphe, Raoul...

4.Richerus Remensis, Richeri historiarum quatuor libri (995-996): Poinsignon A.-M, Histoire de Richer en quatre livres, Publiée par l'Académie Impériale de Reims, avec traduction, notes, cartes géographiques et Fac simile du manuscrit de Richer (Google eBoek) Reims 1855 Tome I, I, XXVIII, p. 56 ...dux piratas Rollone filio Catilli...

5. Les noms de famille 'Ketel, Van Ketel, Ketels, Ket(t)elle, Quetel, Kettel, Kethulle Cattel, Catel, Cateel, Katiel'... sont toujours d'actualité en Flandre. 'Anscatillus' est également mentionné comme un nom. Y-a-t-il une liaison avec des noms qui existent encore en Normandie? Ces noms normands comprennent entre autres: Anque, Anquetil, Anquetille, Anctil, Anquety, Amptil, Anketell.
'Asketil' peut être trouvé dans les toponymes suivants:
Anquetot Ancteville (Ansketevilla 1196) Anctoville-sur-Boscq (Anschitilvilla 1159) Ancourteville-sur-Héricourt (Anschetilvilla 1024) Ancretteville-sur-Mer (Anschetevilla 12e) (Le nom de 'Arnketill' (arend-ketel: aigle-chaudière) me semble être lié aussi. Les noms trouvés avec le préfix 'arn': Arnsbold, Arnold, formes courtes: Arn (e), Arnulf)
Toponyme en France: Kettelstroem (Saint-Omer)
Toponymes en Belgique: Ketelvest Ketelpoort (Gent) Ketel (Racour-Racour)
Toponymes aux Pays-Bas: Ketel (Schiedam) Ketelambacht (Rotterdam) Ketelwiel (Wielse Hoef) Ketel (Sprundel)
En néerlandais, il peut être retraduit comme "Anseketel Aseketel (Ans ase: Dieu, ketel: chaudière) qui peut être compris comme 'tonneau divin' (également célébré dans la litanie catholique: Marie comme une 'chaudière divine' en tant que mère de Dieu...) Le plus célèbre 'aseketel' se trouve au Danemark, la chaudière de Gundestrup. Elle date du premier siècle avant JC. Ils étaient un symbole de l'éternité et peut-être un précurseur de nos fonts-baptismeaux.

6.Dudo de Saint-Quentin, Gesta Normannorum, An English Translation, editor: Felice Lifshitz, sur http://www.the-orb.net/orb_done/dudo/dudindex.html (janvier 2015, selon le manuscrit Fécamp-Berlin)

Version latine (janvier 2015) sur

http://www.hs-augsburg.de/~harsch/Chronologia/Lspost11/Dudo/dud_no09.html

Certains extraits en anglais, traduit par moi en français:

de 5:

...For we have renounced our ancient-established usage, wherefore the populace of the Dacian nation, enduring so very many evils, is being annihilated. Therefore, king, care for this realm, which you ought to rule with peace-making sovereignty, through that usage of a former time. Let Dacia be purged of the baleful plague of its most vile enemies, so we who are left behind may be able to live and rest in perpetual peace.

... Parce que nous avons renoncé notre ancienne coutume établie, pour que la population de Dacia (Datia) qui tolère tant de maux, soit détruit. C'est pourquoi, roi, prend soin de ce royaume que vous devriez gouverner par un rétablissement de la paix, par cette utilisation d'une époque révolue. Que Dacia soit purifié du fléau inquiétant de ses ennemis les plus méprisables, que nous, qui sont laissés, pourrons vivre et se reposer dans la paix éternelle.

...Attentively assenting to their deliberations, and swiftly sending his enjoining ordinance throughout the land under his sovereignty, the king has ordered the viceroys of that land to come to him on a prescribed day to learn which nephews and sons the lot of expulsion has hit upon.

... Attentivement approuvant leurs délibérations, et l'envoi de son ordonnance envoyer rapidement à travers le pays en vertu de sa souveraineté, le roi a ordonné que les sous-rois de ce pays devaient venir un jour précis pour entendre sur quels cousins et fils le sort de la déportation était tombé.

Ci-dessous, on décrit comment la jeune noblesse n'était pas très sûrs de leur destin.

...But in the region of Dacia there was, in those days, a certain old man, most opulent with an abundance of all goods, and surrounded on all sides by a crowd of innumerable warriors, a man who never lowered the nape of his neck before any king, nor placed his hands in anyone else's hands in committing himself to service. Holding almost the entire realm of Dacia, he claimed for himself the lands bordering on Dacia and Alania, and by force and power he subjugated the populace to himself through very many battles. For, of all the easterners, he was the mightiest due to his superior strength and the most distinguished due to his cumulated surplus of all the virtues.

... Mais, dans la région de Dacia là, il y avait en ces jours, un homme certainement vieux, avec une abondance de biens, et entouré de tous côtés par une foule d'innombrables guerriers, un homme qui n'avait jamais réduit la nuque ou le cou devant un roi, ni placer ses mains dans les mains de quelqu'un d'autre pour se montrer servile. Il tenait presque tout le royaume de Dacie, et revendiquait pour lui-même les pays riverains de Dacia et Alania de par sa force et pouvoir. Il a subjugué le peuple à lui-même par de très nombreuses batailles. De tous les orientaux, il était le plus puissant en raison de sa force supérieure et le plus distingué en raison de son excédent cumule de toutes les vertus.

Le roi voulait donc se débarrasser de la noblesse de Dacia, afin de pouvoir voler les biens et revenus de ces gens. Rollon et Gurim étaient considérés comme les dirigeants légitimes et la jeune noblesse leur demandait de l'aide. Il est écrit que la jeune noblesse baisa les pieds de Rollon et Gurim. Le roi répondait en se dirigeant vers les villes, les camps et les fortifications de Dacia où le père de Rollon, maintenant appelé duc de Dacia, régna. Le père était décédé à cette époque, mais le roi voulait se venger pour ses deux fils. La noblesse locale, en particulier les jeunes, s'apprêtait à repousser l'attaque.

Rollon parle à l'armée assemblé:

... If indeed the king of this realm is attempting to step over us and to attack the authority of our monarchy and to ruin us and all of you, let us, both in anticipating and in resisting his arrival, occupy like an enemy the land under his own rule,before he seizes the land of our hereditary lordship.

... Si vraiment le roi de ce royaume tente de marcher sur nous pour attaquer l'autorité de notre monarchie afin de ruiner nous et vous tous, laissez-nous prévoyer son arrivée et résister, lui qui comme un ennemi occupe le pays sous sa propre règle, avant qu'il s'empare de la terre de notre seigneurie héréditaire.

Alors Dacia déplore:

Dacia ... Faites-vous plaisir, vous qui par le sort envoyez vos enfants aux Gaulois ... une fois que les Daces se sont conciliés avec les Francs, la vaste et fertile Francia va se répandre.

De 6:

Rollon a un rêve sur l'île de Scanza dans lequel il est conseillé de naviguer aux Anglos. L'histoire se termine avec un combat contre la population locale. Rollon se demande s'il doit partir à Dacia ou à Francia (si datiam reperet. an frantiam pergeret) ou revendiquer le pays des Angols (angliscam terram).

De 7:

Ils se plaignent que le vent d'est les fait dériver de Dacia à Anglia, mais qu'ils veulent revenir à Francia au printemps. Le roi accepte et donne même la permission de négocier jusqu'à leur départ.

Remarque en attendant qu'on ne parle nullement de traduire. Cela nous laisse à croire que tout le monde parlait la même langue.

De 8:

Rollon quitte l'été prochain, avec des fidèles d'anciens et de nouveaux adeptes d'Anglia vers Francia, mais on navigue dans une tempête violente et Rollon promet de devenir un chrétien s'ils sortent de la tempête.

De 9:

Ils survivent à la tempête, mais arrivent sur la côte près de Walgri (littoribu uualgrorum). Les Walgri (uualgrenses) n'aiment pas ces païens et ils se défendent. Rollon se bat et pille la région de 'Waal' (uualgras). Ici, il reçoit de l'aide du roi Alstem (alstemus): douze navires avec fournitures et douze navires de guerre. Lorsque les Walgri reçoivent ces nouvelles, ils appelent à l'aide de Raginer/Rainer Langnek (longue-cou), duc de Hesbaye et de Hainaut (raginerum longi-colli hasbacensem et hainausensem ducem) et Radebod, prince de la région Frise (radebodum frisiae regionis principem).

Les gens de Frise habitant sur les rives du 'fluuio almerae' (rivière près de la mer?), ensemble avec leurs voisins, se sont rebellés contre Rollon. Les Daci étaient les plus forts ici et Rainer et Radebod s'enfuiaient à leur castra tandis que le restant des Frisons devaient se soumettre à Rollon. Rollon navige plus loin, erre à travers la mer jusqu'à ce qu'il arrive à l'Escaut (Scaldi) pendant qu'il pille sur les deux rives, il se rapproche de Rainer à l'abbaye de Condatum. Il se déroule une longue bataille qui se termine par la remise de Rainer.

7.Scania, Scandie, Scancia, Scaucia (751) à Edingen, Scåssene en wallon, Écaussinnes-d'Enghien en français, avec une nécropole du 5e siècle. La commune est une marque sur la frontière du Hainaut et du Brabant et a une histoire riche qui remonte au temps de nos histoires.

8. Wikipedia: Scania was first mentioned in written texts in the 9th century. It came under Danish king Harald Bluetooth in the middle of the 10th century. Sur http://en.wikipedia.org/wiki/Scania  janvier 2015

9. Zeeland: Maaler Joshua Die Teutsch Spraach (Zurich, 1561) dictionnaire allemand-latin: Zeelandt. Zelande. Cadanonia, Scandia, nunc Zelandia. Et: Thierry Jean, retravaillé par Estienne Robert, Dictionaire Francois latin (Paris, 1564): Selande, ou Zelande, Codanoniana, Scandia, nunc Selandia. Sur

http://www.dbnl.org/tekst/_naa002197601_01/_naa002197601_01_0015.php (janvier 2015). Quelle Zélande?

Fakse: Benoit de St. More, Chronique des Ducs de Normandie (±1190) Quel Fasge?

Deux toponymes amenés de...?

10. INL chez Fas

11. Annales Lindisfarnenses, Scaldi Rollo duce possident Normanniam, in Pertz, 1866, p. 507, via http://www.gjallar.nl/

12. Ullidtz Per, The Danish Conquest of England BoD Copenhague 2014, p 163

13. Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, éditeur et traducteur Ph. Lauer, Paris, Champion, 1926 p.115

14. La cella de Torhout a été transféré par Charles le Chauve au 'laaglander' (néerlandais, lit. celui du bas pays) 'danois' Reinhard. (Ragnar, Regin-hard: conseilleur-fort ou Reginher: conseilleur de l'armée).

15. Voir 6, point 7

16. Irlenbusch-Reynard Liliane, La Tradition norvégo-islandaise sur Rollon : Un témoignage convaincant ? Université de Stavanger MEMS 2013 p.2

Le Livre de la colonisation relate l’histoire de la colonisation de l’Islande de 870 à 930 environ. Il existe aujourd’hui en cinq versions dont les deux plus anciennes, Sturlubók et Hauksbók, auxquelles nous nous référerons, datent successivement de 1275-1280 environ et de 1306-1308.

p.3

...Rögnvaldr, jarl de Møre, fils d’Eysteinn Glumra, fils d’Ívarr jarl des Upplönd, fils d’Hálfdan l’Ancien. Rögnvaldr avait épousé Ragnhildr, fille de Hrólfr le Nez. Leur fils était Ívarr, qui fut tué dans les Hébrides, alors qu’il accompagnait Haraldr aux Beaux Cheveux. Leur deuxième fils était Hrólfr le Marcheur, qui conquit la Normandie. De lui descendent les jarlar de Rouen et les rois d’Angleterre

...

Landnámabók, dans Íslendingabók, Landnámabók, éd. Jakob Benediktsson, Reykjavík, Hið Íslenzka Fornritafélag, « Íslenzk fornrit », vol. 1, 1968, S (Sturlubók) 309/ H (Hauksbók) 270, p. 314. :...Rögnvaldr jarl á Moeri, son Eysteins glumru Ívarssonar Upplendingajarls, Hálfdanarsonar ens gamla ; Rögnvaldr átti Ragnhildi, dóttur Hrólfs nefju. Þeira son var Ívarr, er fell í Suðreyjum með Haraldi konungi enum hárfagra. Annar var Göngu-Hrólfr, er vann Norðmandí ; frá honum eru Ruðujarlar komnir ok Englakonungar...

Ou comment, dans les traductions, les noms changent ...

17. Sur http://laaglandsinfo.jouwweb.be/histoires-variees/les-meldi

18.Vanbrabant Luc, De ontdekking van Nederlands in Normandië (La Découverte du néerlandais en Normandie) Boekscout Soest 2013, chapitre 3, Danen.

Dani, qui sont des Northmanni.

...Quarta ut hora noctis Northomannorum est patria, quae et Dania ab antiquis dicitur.

... Dans la quatrième heure de la nuit se trouve le pays Northomannorum qui est appelé Dania par les anciens.

( Ravennas Cosmographia 11,21)

...Sinus quidam ab occidentali oceano orientem versus porrigitur... Hunc multae circumsedent nationes; Dani siquidem ac Sueones, ques Nordmannos vocamus...

...Une vague à l'est de l'océan de l'ouest ... où vivent de nombreuses tribus, à savoir Dani et Sueones (Suèves?) que nous appelons Nordmannos ...

(Vita Karoli Magni Einhardi , chapitre 12)

...Ultimum contra Nordmannos, qui Dani vocantur ...

...La dernière (guerre) contre les Nordmannos, appelés Dani ...

(Einhardi Vita Karoli Magni, chapitre 14)

Les Dani et Normannos sont utilisés ensemble par Abbon, et vivent clairement le long de la Loire, ce qui était leur patrie.

(Guizot, Siège de Paris par les Normands. Poème d'Abbon. Paris, 1824, publié sur Internet par Marc Szwajcer [remacle.org] dans le Livre 1, référence 24)

Tum Sequanam saliunt, Ligerumque petunt patriamque.

Has inter geminas peragrant praedam capientes,

Quam regio ipsa meo pandet jussu dominante.

... Ils naviguent sur la Seine et vont à la Loire à leurs colonies. Ils traversent le pays entre les deux rivières et font un énorme butin ... Le texte parle de 'patriam', patrie.

19. Voir INL chez 'wijken'

20. Conseil de l'Europe, Les Vikings ... Les Scandinaves et l'Europe, Paris 1992 catalogue de l'exposition

21. Harald Harfager's Saga, chapitre 24

22. Présenté comme le nord de la France, mais qui est en fait un anachronisme, parce que le Nord de la France était à l'époque de Rollon un pays qui ne parlait le 'walland' ou le francien qu'à partir du douzième, treizième siècle: un passage exagéré. (Est-ce le pays de 'Waal'?)

23. Fischer Peter, traducteur, Historia norwegie, éditeurs Inger Ekrem et Lars Boje Mortensen, Musée Tusculanum presse, Copenhague 2003, p 66

24. Irlenbusch-Reynard Liliane, La Tradition norvégo-islandaise sur Rollon: Un témoignage convaincant ? Université de Stavanger MEMS 2013 p.8

25. Dans les trois textes les plus anciens (Resensannáll, Forni annáll et Høyers annáll autour de 1280), on peut lire:

885-888: arrivée de Rollon en Normandie

897-898: obtenir la Normandie

943 à 944: mort du fils William.

Irlenbusch ... p.9

26.Irlenbusch ... p.14-15

27. http://armidalesoftware.com/issue/full/Thaler_841_main.html#C 2 (janvier 2015) se référant à DJH Clifford, In Search of Pons: Ancestor of the Clifford & Poyntz Families (West Hoathly, Sussex 2001)

28. Willelmi Gemmetencis Historiae (Du Chesne, 1619), Liber II, I, p. 221, p. 228

29. Ullidtz Per, The Danish Conquest of England BoD Copenhague en 2014, p.162, écrit aussi Hadding, Anstign, Hastingus. Il attaque la Flandre, le Brabant, l'Artois et la Picardie (Panckoucke André-Joseph, Abrégé chronologique de l'histoire de Flandre contenant les traits remarquables de l'histoire des comtes de Flandre depuis Baudouin Ier dit Bras de fer, jusqu'à Charles II, roi d'Espagne Dunkerque 1762), mais se trouve d'abord dans les régions de Normandie. Il est vaincu par Carloman II, mais obtient quand même par la suite le titre de comte de Chartres.

30.Willem de Malmesbury, II, 127, p. 110

31.Normandy dukes, sur

http://fmg.ac/Projects/MedLands/NORMANDY.htm#_ftnref4  janvier 2015

32. Sur http://eng.molgen.org/viewtopic.php?f=3&t=118  janvier 2015

Sur http://flemish.wp.st-andrews.ac.uk/page/2/  janvier 2015

Citation: Jim Wilson and Alistair Moffatt recently found little trace of R1a1a amongst some of the Scottish Anglo-Norman families, and Wilson speculated about 'French' rather than 'Norman' genes. Perhaps the answer is that the bulk of Scottish Anglo-Norman families were actually Flemish-Norman on the Ydna line [the surnames seem skewed towards Flanders], and one would therefore not expect to find Scandinavian levels of R1a1a amongst Flemish? One would expect to find a predominance of R1b, and that is apparently what they did find in these families.

33. Sur

http://archiver.rootsweb.ancestry.com/th/read/CLANCAMPBELL/200601/1137911727  janvier 2015

...The related Norman families descended from Gommeri Ingvarsson and Rollo "Granger" apparently share a common paternal ancestry with the prominent Scottish names associated with Flemish nobility, including Baird, Buchanan, Cameron, Campbell, Crawford, Douglas, Fleming, Graham, Hay, Lyle, Murray, Seton and Stewart...

34. http://www.ville-le-treport.fr/tourisme_patrimoine-85.html ...Vers 859, Le Tréport voit le débarquement des Normands. Au Xe siècle Rollon s'installe dans la région et y meurt ...
Toussaint (Toussaint Michel Chrétien, Le Pais de Caux, P.-F. Giffart, Paris 1740 p.13 (Google eBook) écrit que le premier nom pour Tréport était celtic: Traez, Treiz tréaz: se reculant à marée basse.
Le nom est également dérivé du latin: 'trans-portus' et 'ulteris portum' (ultris portum, ulterior portus ...), ce qui signifie 'le port au-delà'.
Par le terme 'trois' villes sœurs (voir ci-dessous), ce 'tri/tre' ​​peut théoriquement venir de 'trois'. Mais cela me parait un anachronisme.
Je voudrais penser à une origine germanique:
Les Norvégiens ont pillé en 882 (selon les annales de Fulda) un port appelé "Taventeri" en langue frisonne. Est-ce que ces hommes rentraient chez eux de Saucourt? On peut seulement prouver qu'il y avait Northmen ou Dani (Denen) dans cette région. Il n'y a pas de traces de destruction à partir de ce moment-là. Le Tréport était situé dans le sud de la région du vieux Frison (voir la carte à http://wikingen.jouwweb.nl/boekwikingen dans la partie 2) et serait plus tard à la frontière de la Flandre ou Artesia avec la Normandie.
'Daventre portu' vient de Lebuinus / Liafwin. Qu'il ait atterri il est le mieux possible parce qu'il y avait toujours beaucoup d'expédition entre Le Tréport et l'Angleterre. Le Northern Deventer est théoriquement aussi une chance, mais son histoire de l'âge vif (avec les kikings) me semble très petit.
Eu, Le Tréport et Mers-les-Bains (Mers: marécage), les trois villes sœurs, étaient un endroit stratégiquement important. Les villes sont situées au Bresle, anciennement appelé Eu. La ville de Eu était déjà un port de mer à l'époque romaine, parce que le flot de la mer a poussé l'eau vers Eu, mais par les rochers, le port devait être déplacé vers Mers, et éventuellement dans les marais du Tréport. Eu (Augum), situé sur une île ... était à la fin du Moyen Age pourvu d'un célèbre port, où il pourrait amarrer à soixante navires dans le dock. Il a été doublé au dixième siècle par les tombes de Talou, avec la création d'un port 'plus loin', directement sur la côte, Ulteris Portus. (Mantel Etienne Dubois Stéphane et Sophie Devillers, triez antique Une agglomeration l'anonymat (Eu, "Bois L'Abbé," Seine-Maritime). Brigade ressuscitée RAP - 2006, n ° 3/4) Autour de 900, l'évêque de Trajectum 'Episcopus Taventuacensis, Taventrensis', est mentionné évêque de Taventria. L'évêque était-il originaire de Taventria? En 878, des biens qui appartenaient à l’abbaye de St. Bertin à St. Omer se trouvaient à Trajectum, dans le port de Daventria, ce qui n'est pas loin, et à 'Frechana', également à proximité, et plus tard appelé Frechana Villa, Fressenneville à Atrecht (Arras, Trajectum). Fresseneville est l'endroit où la bataille de Saucourt (881) a eu lieu.A Saucourt, les francs conquérants étaient opposés aux Danois qui y vivaient. Les Danois ont perdu.
En 911, avec le traité de Saint-Clair sur Epte, le Bresle (ou Eu) était désigné comme une limite au nord de la Normandie de Rollon. C'était Richard, le petit-fils de Rollon, qui devint le premier duc d'Eu en 996. Godfried de Brionne était le fils aîné de Richard et une de ses concubines. Les descendants de Rollon sont restés dans cette région. Après la mort de son père, Godfried Eu a reçu de son frère Richard II. Peut-être que le titre de Comte a vu le jour en ce moment. Historiquement, Godfried de Brionne ne peut être qualifié que de 'burggraaf'. En 1036, Robrecht d'Eu fonda l'abbaye de Saint-Michel. En 1050, Willem le Conquérant épousa Mathilde la flamande.

35. Orderic Vital, L'Histoire ecclésiastique, livre V (12ème siècle), sur (décembre 2014)

...http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/orderic_hist_eccl_05/ligne05.cfm?numligne=12&mot=Halbacenses  ...Ducentem fortes regem, multasque cohortes Deuicit Daciae congrediens acie. Frixones, Walcros, Halbacenses, Hainaucos Hos simul adiunctos Rollo dedit profugos Egit ad hoc Fresios per plurima uulnera uictos, Ut sibi iurarent atque tributa darent...

36. d'Avril Adolphe, La Chanson de Roland Editeur Albanel Paris, 1867. Le Wikipedia français parle de Godfred, Godefrid ou Godfrey de Frise, les textes en néerlandais parlent de Godfrey le danois, le Noorman.

37. Alanen, Alain, Alain Allin, Allein, Alleyn, Allijn Allyns, Allès, Alles, Alan Allan, Allen, Alleleyn, Alleleijn, Alanus... (peut-être aussi les noms avec un h-)

-Debrabandere F, Woordenboek van de familienamen in België en Noord-Frankrijk, L.J.Veen/Het Taalfonds 2003

-Schmoeckel Reinhard, Sachsen, Thüringer, Schwaben: Einst von Sarmaten beherrscht? Volume 1 éditeur BoD Norderstedt, Bonn 2011, p55 citation:

Das Volk der Hunnen riss bei seinem wilden Ritt im 4. Jahrhundert n. Chr. auch die Alanen nach Westen mit. Ein Teil davon flüchtete zusammen mit Vandalen und Sueben im Jahr 406/7 über den Rhein nach Gallien und Spanien und zog zusammen mit den germanischen Vandalen bis nach Tunesien. Ein anderer Teil der Alanen war nach einem Streit um die Königsherrschaft innerhalb dieses Volkes in Gallien zurückgeblieben und hatte sich auf die Seite der Römer geschlagen. Es spielte danach im 5. Jahrhundert noch eine nicht unbedeutende Rolle in den vielen Kämpfen in Gallien.

38. Orthographies retrouvées dans des histoires sur Rollon.

39.-Flandre occidentale et orientale ('West-Vlaanderen' et 'Oost-Vlaanderen'):

Moere (De Moeren) Moere, Bloot Moere, Moere-Nieuwland, Moerdijck (Moere) De Moere, Hoge Moere Lage Moere, Moer-Lede (Meetkerke) Moeredykje, Moerewegel (Koekelare) Moereveld (Torhout) Moerewyk, Moerhoek (Wulveringem) Stockmoere (Eeklo) Wittemoere (Sleidinge) Hinnekensmoere (Ruiselede) De Hooge Moere (Stalhille) Leege Moere (Jabbeke) Liefkensmoeres (Bredene) Moerkerke (Damme) Moerbeke, Moerbekebos, Moerbekeschepolder, Moerspuie Polder, Moerhof (Moerbeke-Waas) Moer (Wachtebeke) Moerbosch, Moerbrugge (Koolskamp) Moerhoek (Bulskamp) Moerhoek (Houtave) Moerhof (Adinkerke) Moerhof (Veurne) Moerhuyse(n) (Maldegem) Moerlete (Aartrijke) Moershoofde, Moerthoofde (Sint-Laureins) Moerwege (Adegem) Moerlandstraat (Sint-Niklaas) Moerzeke (Oost-Vlaanderen)

-Toponymes avec 'Moere' dans les Flandres françaises:

Mérignies, Meregniez 1147, de Mœriniacas: qui appartiennent au gens des Mœri (mœri: renommé?) Méricourt (mœri-curtis?) Les Moëres (Moerekerke ou De Moeren, qui fait partie des 'De Moeren' en Belgique) Morbeque (Morbeke de Morbeika 1127, de mora, marais) Morenchies (Morenceis 1064) Marquenterre (Mareskigne 1190) Maretz (Mares 1074) Maresquel (Maraculum 1135) Maresches (de mariscus, marais?) Marbaix (Mari-baki 1131, Maarbeke) Mardyck

-Noms de familles avec 'Moere':

Van Moer(e),Van de(r) Moer(e), Van der Moeren, Van den Moere, Van de Moore, Van der Moor, Vamour, Moerkens, Mierkens, Moerland, Morland, Moeland, Moerlan(t)s, Moerman(s), Moereman(s), Moreman(s), Moormans, Mourman(s), Mourmanne, Mourmant, Moureman(n)e

40. Sigfred, était-il un ancêtre de la famille normande noble des Pellevé? La famille dit qu'ils sont les descendants de l'un des seigneurs de guerre de Chlodwig (Clovis). De 'pelle' (peau) et 'wit' (blanc)? En Flandre occidentale,quelqu'un avec un 'witte pelle' est quelqu'un à la peau blanche. La tête dans les armoiries de la famille est blanc et il a les cheveux jaunes.

Voir http://laaglandsinfo.jouwweb.be/normandia/normandische-adel et Vandemaele Joel, Gudrun, ontvreemd Vlaams erfgoed? Watou 1997

41. Hugh Montgomery, The God-Kings of Europe. Book Tree, San Diego, 2006 p.93

42 Noms de famille: Van Opland

http://armidalesoftware.com/issue/full/Thaler_841_main.html#C2  janvier 2015

http://gw.geneanet.org/loic15lang=fr;pz=jean;nz=priou;ocz=3;p=rollon+robert+ier;n=de+normandie  janvier 2015

Citation: Ivar Oplaendingue Ynglingar, Roi ca 770-? de Trondheim ca 780

Eystein Ivarsson Ynglingar. Né vers 810. Décédé en 872 à l’âge de peut-être 62 ans.

Rognvald Eysteinsson Ynglingar x Rachilde de Moere (Parents : Hrolf Nefja de Moere ca 823 et Groe de Norvège ca 811-848, Comte de Moere (Belgique) né vers 840 - Uppland, Danemark. Décédé en 894 - Orcades à l’âge de peut-être 54 ans.

-Rollon (Robert Ier) de Normandie, Duc de Normandie ca 860-ca 931. Frère: Bernard (Le Danois) de Pont-Audemer, Vicomte de Rouen ca 865-ca 955.

-Union(s) et enfant(s): Marié avec Aseda Ynglingar ca 820 - (Parents: Rognvald (Le Glorieux) Ynglingar, Roi de Vestfold (Norvège) ca 800-850 et ?) dont Rognvald Eysteinsson Ynglingar, Comte de Moere (Belgique) ca 840-894.

43.-Rollegem, Rollo inga heim: colonisation des hommes de Rolo (Rolighem 1164 Rolinghem 1167. Chez Gysseling (http://www.vbsrol.be/): vient de Hrôdilinga-Haim, Rolinghem 1103 Hrodelingen-haim: maison du peuple descendant de Rollo.

-Rollencamp 1181 (Château-l'Abbaye à Saint-Amand-les-Eaux, le Hainaut français)

-Rollancourt à Arras (Rolleni curtem 974, copie ± 1088 chez Gysseling) (Rollancourt à Cambrai, de Rotlancurt 1064)

-Rollant Valcel, Arras ± 1200: littéralement Rollo-pays-petite-vallée (Gysseling: Hrôdilandi petite vallée)

-Rollepot (Rollopoth 1176 Arras, à la Canche près de Frévent) Le Seigneur de Rollepot avait son titre en 1240 et a vécu sur sa motte castrale.

-Rollez (Picardie) Rolers 1175) 'Rolo-lare. (Roeselare, Roulers en français, Roslar en 821 a une origine différente)

44. L'histoire de Beowulf se déroulait peut-être dans l'estuaire de l'Escaut. Beowulf signifie 'abeille-loup', une description poétique pour un ours, et où le 'loup' était probablement nécessaire pour identifier la tribu.

45. Roucourt (Roocurt 1175) à Tournai et Roucourt (Ruholcurt 1076) à Douai. Gysseling écrit: de Hrôdiwulfi curtis, le nom exact pour Hruotwolf, Rollo. A Cambrai il y a un autre Rouecort (1202). D'autres noms avec 'wolf' (loup): Wulf (Tielt), Wulfberg (Deerlijk, Lissewege et Zwevegem), Wulfdam (Moorsele, Rollegem! et Moorslede), Wulfhoek (Hooglede, Kaprijke et Nevele), Wulfke (Ronse), Wulfsdonck (Moerbeke-Waas), Wulverdonck (Wachtebeke), Wulfstraetje (Waasten), Wulverdinge (Wulferthinga 1175 à Watten, avec M. Wulveric dans une charte de 1186), Wulvergem, Wulveringem (la maison de la famille de Wulfhere, qui pourrait raccourcir à Hródulfr ou Hróflr: Grootwolfheer, Grand-loup-seigneur, ce qui expligue le -r final. Rodelinghem (Ardres), Wolfschoot (Wachtebeke) Wolfshil (Sint-Kruis), Wolfsputte (Sint-Gillis-Waas) ...

47. Explication de 'den' en néerlandais, anglais et ancien saxon:

Den, néerlandais:

den (INL), den, denne: sapin. Moyen néerlandais 'dan'; ancien et moyen haut allemand 'tan', forêt, val du Bois; anglo-saxon 'denu', anlais 'den', tanière. On voit ce mot comme un collectif, la signification de base serait: une étroite envahi avec d'épais buissons. Chez 'dan' il y a aussi la signification de 'nid' ou de 'abri'.

Den, anglais:

'Oxford dictionaries' (http://www.oxforddictionaries.com/definition/english-thesaurus/den janvier 2015) explique le mot 'den' comme suit: 'lair, sett, earth, drey, lodge, burrow, hole, tunnel, cave, dugout, hollow, covert, shelter, hiding place, hideout' (tanière, terre, loge, trou, tunnel, grotte, pirogue, creux, abri, cachette, repaire)

Den, ancien saxon:

Dene denu (vallée, plaine) Dæneland, Deneland (vallée) Dene (Danois) Denisc (de la vallée) Deniscen (Danois) ...

'Den' peut être un synonyme pour des toponymes bien courants chez nous, comme laar, lare, dal': habitation, abri, vallée...

48. Den et dal dans les toponymes:

-Dennebroeucq à Saint-Omer (Gysseling: Dani-broek, vallée-marais) ou 'Dani-broek, marais où vivaient des Dani. Les 'Danois' ici, sont les habitants d'une vallée.

Homonymes: Denbrouck (Sint-Kruis), Den-broeck (Damme), Danenbroec (Tienen)

-Dendael (Kester)

-(De) Denen (Lochristi)

-Danegem Dane(n)ghem (hameau à Oedelem, Flandre occidentale) INL: Peut-être à partir de *daninga-χaim- (habitation des gens de Dana, = le Danois (?), on s'attend à dene-)

-Denneville (Normandie, Daneville 1162 Danevilla 1174)

-Dénestanville (Normandie, Danestanvilla 1051)

Den et dan dans les noms de famille:

On laisse venir la plupart des noms avec 'dan' de Daniel, mais ce n'est pas maintenable pour tous les exemples.

De Dene, de Deene, Deen, Deene, Dene, Denekens, Denckens, Daneman, Danemans, Dani, Dany, Danni, Deny, Deni, Denne, Danois, Dannoi, Dannois, Dannoy, Danin, Danen, van Daen Dane Daan, met vleisuffix -in, Danekin (petit Dane) Daenkin Daenkijn (Danekin, Daen, Dane, Daens) Dennequin Dennekin, Danquin, Dannequin (petit Dane, Jehenne Danechin 1369 - Danekin 1227, St.-L.-Houtem - van den Goede Danekins 1385 Hildewaerdscappele).

-Danis Danies Danijs (de Daniël ou Dionysius, peut être de dane-is, dane-épée) Danet 1275, Hues Danois d'Arras, Jehan le Danet des corbisiers 1365 Mons, Danon, Danie, Danis

-Danielant! Dannenberg, Dannenberg, Denekamp Dendal, Dindal

-Danemark Dannemark

-Danhof Danhuysen

-Danart Danaard (danards 1279) du nom personnel masculin, Danaerts werf (un chantier naval) (Danaards werf, des terres à Uitkerke, Flandre occidentale)

den ou dan, -danger:

On explique le mot français 'danger' par 'puissance, force, violence, grossièreté, danger', officiellement de l'ancien français 'dangier' qui vient du latin *dominiarium (domination, pouvoir) (INL) Ce qui me parait une évolution assez problématique.  Pour moi, il est plus logique que 'dangier' vient de 'dan-ger', dane-lance (une arme dangereuse) qui c'est ensuite généralisée en 'danger'.

49. C.C.Tacitus, Antiquitates Germanicae, of Hoogduitsche Oudtheden, lié avec: Hugo de Groot, Verhandeling van de oudtheid der Batavische republyk. Amsterdam, Jacob van Royen, 1714

50. On localise déjà Oostburg et Aardenburg dans le pagus Flandrensis au 10ème siècle.

Sur http://encyclopedievanzeeland.nl/Rodanensis,_Pagus et

http://www.dbnl.org/tekst/_vla016199501_01/_vla016199501_01_0056.php (janvier 2015)

51. Roden à Schelderode (Rodus 866) était le noyau de la Baronnie de Rode, le berceau de la maison d'une famille qui portait le nom 'van Rode'. Le plus ancien nom connu, Iderus van Rode, a vécu autour de 1101. D'autres toponymes possibles: Rode Sluis (Moerbeke-Waas) Rode Poort (Lovendegem) Rodenhuis (Mendonk) Rodenhuize (Desteldonk) Rodeleghem Rodelinghem (Rollegem) Rodenacum 831 Hrodnace 831 et plus loin de la région, mais encore le long de l'Escaut, Rotnace 855 (Ronse-Renaix)

52. 11e siècle Rodobech, Rodhebec, Rodobech

53. Lajoye Patrice, L'évolution du nom de Rouen dans l'antiquité et au haut moyen âge en domaines celtique, latin et germanique, MRSH, Université de Caen.

Temps romains: Ratumacos Rotomagus Rodomagus Rothomagensis.

A partir du 6ème siècle: Rotumo Rotomo Rodomo Rothomo

10ème siècle: Rudhûm en arabe.

11ème-12ème siècle: RDWM, RD'WM (Rodomo, sémitique)

54. Gicquel Bernard, Généalogie de la Chanson de Roland Paris Publibook 2003 p.36

55.Wikipedia janvier 2015 chez Victrice et

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1637/Saint-Victrice.html Il était d'abord un légionnaire romain avant qu'il s'est converti au christianisme. Victrice avait des liens d'amitié avec Saint Martin et ses voyages missionnaires l'ont ramené à Bruges, Courtrai, Lille, Tournai et toute la rive droite de l'Escaut, ce qui a fait de lui aussi un apôtre des Nerviens. Il missionnait en Grande-Bretagne et il était un certain temps (arch)évêque de Rouen aussi. On ne mentionne pas qu'il était un grand linguiste parce que les langues régionales n'étaient pas encore séparées.

56. Lemarignier M, Note sur les échevins dans les Etablissements de Rouen: influences flamandes sur les institutions municipales normandes? Lille-Paris, 1958 ...Il met en lumière la provenance flamande de l'èchevinat rouennais...

57 Dom Bouquet, VIII, Reiffenberg, Introduction de la Chronique de Ph. Mouskes p 316. Ce 'bijgot' s'est retrouvé dans le français familier et signifie 'bigot', d’une dévotion pointilleuse, étroite et ostentatoire. Une autre preuve comment, dans la cour royale, seulement le français pourrait survivre et que toutes les autres langues ont été ridiculisées et interdites.

58 La famille (sur des sites Web nombreux) ne le sais pas vraiment. Ils parlent très généralement d'une famille viking qui est venu s'installer autour de 800 en Normandie. Une branche affirme que le nom vient de Saint-Clair-sur-Epte, l'autre de Saint-Clare-pont-de-l'eveque ou de Saint Claire d'Éveque... Mais une famille viking qui se nomme d'après un saint chrétien est peu probable. Rechercher un trait physique ou un détail géographique sur le lieu d'habitation me semble une meilleure approche. La version la plus ancienne du nom est 'de clare', clairement flamand ou saxon, qui signifie quelque chose ou 'quelqu'un avec une compréhension claire, une vision claire sur les affaires ou quelqu'un avec une couleur de peau claire ou qui a les cheveux blonds.

N: clare, claer, claire, clarre clar, clere: lumineux, une bonne vision et audition (du latin clarus).

'Claren lant' était le nom d'un domaine à Bruges au 13ème siècle. 'Verclarens zones', les fils de Clare, existaient à Hulst en Flandre orientale. Clarebout (Clareboude, Clarebouts) existe toujours en tant que nom de famille, et on l'expliqué comme 'le glorieux, le célèbre, le courageux. L'ancien néerlandais connaît 'klār', qui se trouve dans le toponymes klārholt (*Klaarhout, te Pittem) en klārithi (*Klaart, emplacement à Neerwaasten) (INL) Autres noms de famille en Belgique: Clair, Claire, Claereman, de Claere, de Cleer, Clairhout...

Il est probablement devenu progressivement 'Saint-Clair' lorsque la famille accompagnait Guillaume le Conquérant en Angleterre. Les deux familles avaient le même ancêtre, Rogenwald (lit. 'conseilleur élu', quelqu'un avec une vision claire!), comte de Maere. (Morrison Leonard, The history of the Sinclair family in Europe and America (Google eBook) p.21)

58. Source: Kurath Hans, McAllister Kuhn Sherman, Lewis Robert E, Middle English Dictionary, Volume 4 Université du Michigan Press, 1998 p.427

Tous les noms signifient 'de la terre en dehors de la ville', ou 'ceux qui viennent de l'extérieur des centres résidentiels'.

Up(p)elande, opelond, uppelonde, uppeland, uplonde, uppan lande, uppe land, huplaund, noplande, uplendisc (ancien anglais), smale uplondishe touns, uplondischse, uppelondish, uplandeis, hoppelondisse ...

Même 'rus' (de 'rusticus?) signifiait 'vplondisshe men', homme de la campagne.

Les noms de personne: Baldewinus le Vplandeis (1266), Henry le Hoppelondisse

Noms de famille: Opland, Oppeland, Upland ... En France, certains noms comme 'van Opland, von Opland et Opland' existent encore.

59. "Nous savons bien que des auteurs modernes tels que l' abbé Prévost, George Ellis, Sharon Turuer, MM. de Sismondi, de Musset et Thomas Wright penchent à croire comme nous l' avons jadis cru nous même, que les Normands chantèrent à Hastings non pas la chanson de Roland mais de Rollon leur premier duc; nous savons bien aussi qu il y a des chroniques qui appellent le second Rollandus;..."(Willielmus Lungespeye, filii Rolandi, qui fuit primus dux Normannorum in Chron. ThomaeWikes, ap. Th. gale, vol II, p 22 et Leland, Collec. tanea, t. II part. I, p. 415) pXIV in Michel Francisque, La Chanson de Roland: ou de Roncevaux, du XIIe siècle, libraire Silvestre, Paris 1837